Marjorie Cameron & John W. Parsons


• Parlons technique

📓 : Songs for the Witch Woman
👥 : Marjorie Cameron & John W. Parsons
🗓 : Écrit en 1952
💬 : Anglais seulement
🏠 : Éditions Fulgur
💸 : £40.00

• Parlons tout court (et vous me savez bavarde)

J'ai envie de vous parler de ce curieux ouvrage aujourd'hui. Curieux parce que d'une c'est de la poésie et de l'illustration. Et qu'ensuite ce n'est pas forcément un livre que j'aurais acheté si je n'étais pas dotée d'une curiosité aussi féroce que mon appétit (ne tentez jamais de piquer quelque chose dans mon assiette, jamais). Ce n'est pas une période qui m'attire énormément les années cinquante concernant la magie, car bien que ça soit une période de renouveau, c'est aussi toute une période qui me semble de grand n'importe quoi, ou du moins un tourbillon d'influences qui ne me ressemblent pas. La magie du sexe et du sang à gogo saupoudrée d'un enthousiasme non contrôlé frôlant la démence, ça reste un avis personnel, mais très peu pour moi. À part dans cet article et de façon sinon ponctuelle vous aurez peu d'occasion de trouver des informations sur ces aspects de la magie ici. 

Mais alors, me direz-vous, pourquoi acheter ce livre ? Comme si ma banquière n'en avait pas marre de mes dépenses... Hé bien déjà parce que c'est de la poésie, parce que c'est une histoire d'amour invraisemblable comme on en fait peu (attention, je ne veux jamais en vivre une comme ça, vous comprendrez après pourquoi), que j'aime l'art, la peinture et l'illustration, et que c'est une partie de l'histoire de la magie que je ne connais pas trop. Hé, finalement ça ne semble plus si impulsif comme achat fait à 3h du matin, non ?

De gauche à droite : représentation de Parsons par Cameron - Photo du couple - représentation de Cameron par elle-même

Il y a peu d'histoires d'amour modernes aussi passionnantes et poignantes que la relation entre le spécialiste en fusée (rocket scientist) Jack Parsons et sa créative compagne, Marjorie Cameron. À la fois muse, apprentie du monde de l'occulte et force primitive de la nature - une femme que Jack Parsons proclamait comme son «élémentaire» dans une lettre à Aleister Crowley - Cameron a fasciné, troublé et inspiré Parsons. 

"Songs for the Witch Woman" est un projet issu de cette histoire d'amour turbulente. Une série de poèmes écrits par Parsons qui y révèle ses sentiments envers son amante souvent absente. À côté de ces mots se trouvent des peintures de Cameron, illustrant et faisant écho aux thèmes intimes. Après la mort tragique de Parsons en juin 1952, le cahier dans lequel ce travail a été enregistré se poursuit, alors que Cameron, endeuillée, conserve un journal de son travail magique à Lamb Canyon, en Californie. 

Durant ces temps sombres, ses paroles deviennent une lamentation brutale alors qu'elle tente de prendre contact avec son ange gardien. Et tout au long du travail, le souvenir de Jack n'est jamais loin de son esprit. Publié plus de soixante ans après son écriture, "Songs for the Witch Woman" est un témoignage du pouvoir durable de l'amour et de la perte.


Le livre est composé de trois parties : une expliquant le contexte et leur histoire, une mise en page avec les poèmes (de façon plus lisible disons) et dessins légèrement retravaillés, et la troisième montre le carnet d'origine. Une véritable immersion dans ces années et cette histoire d'amour !

J'ai été un peu surprise en le recevant de la taille qu'il faisait : 30.5cm x 24cm, soit assez grand. Mais bon c'était marqué sur le site donc je ne pouvais pas faire la surprise non plus... Au final ça fait la part belle à l'image, et on se sent un peu petit, se plongeant discrètement dans cette histoire d'amour qui sent le tumulte et l'indécent. C'est un peu comme lire un Voici ésotérique des années cinquante, mais écrit sous forme de poésie.
Très bel ouvrage donc, et fenêtre intéressante sur cet univers qui m'est assez inconnu. Je ferais peut-être un article sur Marjorie Cameron et Jack Parsons, pour vous faire découvrir les personnages plus en détail, est-ce que ça vous tente?


En espérant vous avoir donné envie de découvrir ce curieux ouvrage !

Lisbeth 🌱

Composer un autel


Ce que j'apprécie par-dessus tout avec le paganisme et la sorcellerie, c'est le fait qu'il n'y ai aucune règle gravée dans le marbre façon 10 commandements. Bon il y a toujours des sorciers qui diront "Ooouuh moi je n'aurais pas fait comme ça", ajouter un petit regard bien moralisateur sur cette phrase.


C'est pour ça que je vais vous donner la clé pour faire l'autel qui vous convient : faites comme bon vous semble ! Ha bah merci on est bien avancé Lisbeth. Mais en réalité c'est le meilleur conseil que je puisse vous donner en général. Si vous faites les choses avec coeur, en faisant le bien autant que faire se peut, et en cherchant à créer un lien honnête entre la magie, vous, la/les divinité(s) ou le/les élément(s) qui vous parlent, c'est le plus important. Nous ne sommes pas Wiccans, Païens ou autre pour des likes sur Instagram ou pour attirer l'attention sur nous. Bien-sûr, avoir un oeil esthétique et vouloir partager avec d'autres personnes sur les réseaux n'est pas mal (de toute façon, le bien et le mal sont des notions qui varient d'une personne à l'autre... Et puis au final, doit-on vraiment chercher à définir tout selon le bien et le mal? Vous avez quatre heures). Si l'on se réfère à ce que certains appellent la sorcellerie traditionnelle, il existe trois types d'autel de base :

  • Celui qui est dédié aux pouvoirs des forces élémentales 
  • Celui qui est dédié aux pouvoirs d’un esprit ou de plusieurs 
  • Celui qui combine les deux énumérés ci-dessus

Sans vous dire quoi faire, il est toujours possible de partager des idées, ou même des constats. C'est donc ce que je vais faire ici avec vous ! De toute façon, vous verrez au fur et à mesure de votre pratique, votre (ou vos) autel évoluera, et il peut aussi changer en fonction des occasions, les esbats et sabbats et autres célébrations par exemple. Voici donc quelques idées pourront vous aider lorsque vous débutez.

Je ferai peut être un article aussi par la suite concernant le nettoyage de l'autel si ça vous intéresse.

Les éléments de l'autel

Premier conseil, ne vous précipitez pas dans les magasins ou sur les boutiques qu'on trouve sur internet. C'est le meilleur moyen de recevoir un coup de fil de sa banque et d'avoir une quantité d'objets qui finalement ne nous parlent plus, ou qui ne nous conviennent pas ! Que vous soyez très manuels ou pas, c'est le moment de bidouiller un peu, ou glaner des éléments à droite à gauche. Baladez-vous dans des lieux qui vous parlent, dans des vides greniers etc. ça vous permettra déjà de ne pas dépenser trop mais aussi de vous concentrer sur ce qui compte le plus : vos intentions au moment de monter votre autel. Par exemple, personnellement l'athamé n'est pas quelque chose que j'aime utiliser, je trouve la baguette plus "polie". Par contre ma bolline ne me quitte jamais et c'est l'un de mes objets magiques favoris, ainsi que mon balai.  Pas sur l'autel certes, mais vous avez compris hein.

Les couleurs

Les couleurs transmettent des messages, des intentions, aussi bien dans la vie que dans les rituels. La couleur de vos bougies, de la nappe de l'autel, de vos pierres, fleurs et autres objets peuvent apporter du sens à la construction de votre autel en fonction de votre "but". Après ne soyez pas non plus obsédé par une couleur : si vous voulez ajouter quelque chose sur votre autel qui fait sens au niveau symbolique ou action (par exemple une pierre) mais qu'elle n'a pas LA couleur que vous vouliez sur l'autel, respirez un coup, et posez la pierre qui vous appelle sur votre autel, tout va bien se passer, la terre ne va pas s'ouvrir et vous engloutir, quoi que :)

Note : en fonction des pays les significations sont susceptibles de varier, mais voici les associations de couleurs que j'ai trouvées en me basant sur la sorcellerie occidentale moderne des pays anglophones (différentes de la magie folklorique) :

  • Noir : bannissement, éloigne l’énergie malfaisante, vengeance, renversement de sortilèges. 
  • Bleu : communication, télépathie, concentration, guérison, sagesse. 
  • Brun : procès, contrats, affaires légales. 
  • Or : le soleil, l’énergie masculine, abondance, bonheur, bonheur de la famille et succès. 
  • Vert : abondance, prospérité, bonne fortune, succès, évolution, activités financières. 
  • Orange : nettoyage, guérison, fertilité, abondance. 
  • Rose : affection, famille, amour et générosité. 
  • Mauve/Violet : énergie spirituelle, guérison, habiletés psychiques avancées, paix et calme. 
  • Rouge : amour, vitalité, force. 
  • Argent : la lune, l’énergie féminine, abondance. 
  • Blanc : protection, guérison, exorcisme et paix. 
  • Jaune : connaissance, étude et concentration.

Les autels à thème

Je vous propose ici deux exemple dénichés sur internet : un autel dédié à Imbolc (celui aux bougies blanches) et un autel dédié à l'élément Eau fait par une Sea Witch. Mais vous avez tout un tas de "thèmes" possibles. Peut-être voulez-vous installer un autel dédié à une ou plusieurs divinités qui vous touchent et à qui vous avez envie de communiquer votre respect ou faire un offrande? Ou voulez-vous adresser un message aux personnes qui vous sont chères, mais qui vous ont quitté? Est ce que c'est un moment particulier de l'année et vous voulez le célébrer? 

Source : Tumblr

Les autels "vivants"

Herbwichery (que je vous conseille de suivre!) fait de magnifiques autels qu'elle partage pour notre plus grand plaisir ! Ce que j'appelle autel vivant, c'est un autel où il y aura quelques éléments qui sont présents de façon quasi constante, avec une partie qui évolue en fonction des floraisons, des célébrations, des travaux etc. On le reconnaitra au fil du temps pour les éléments constants, mais à la façon d'un individu il évoluera :) La caractéristique principale de ce que j'appelle l'autel vivant c'est son aspect très végétal, fleurit. Ils sont aussi parfois considérés comme un peu chargés, mais ça c'est à vous de voir ! :p 

Source : Herbwichery

Les autels de voyage

Ou comment aussi planquer un peu son autel quand on vit avec des gens pas forcément réceptifs à cet aspect de notre vie. J'adore ce concept car ça permet aussi de réfléchir à ce qui est vraiment important pour nous, quels sont les éléments vraiment décisifs dans notre pratique. Certains ont tenté de trimballer tout leur autel au quotidien, ils ont eu des problèmes. Plus sérieusement, ça va être un concept intéressant car il va vous falloir un petit travail personnel, une petite introspection magique. Quelle boite/contenant choisir ? Un faux livre pour le balader avec soi partout ? Une boite à allumette pour être sûr de la glisser partout ? Une boite en métal ? En bois ? Comme pour le reste, vos éléments magiques vont vous "appeler", laissez votre instinct vous guider, ne cherchez pas à tout intellectualisé. Après tout nous sommes reliés aux énergies et éléments, si on sait taire le mental, tout ce joyeux petit monde nous glissera des indices ici et là ;)

Et quand on n'a vraiment pas les moyens, mais qu'on n'est pas à court d'idée, on peut aussi dans son grimoire/Livre des ombres dessiner son autel comme ici, on peut aussi faire un collage en découpant différents éléments chinés sur internet et imprimés, par exemple. 


Source : Tumblr

Bien sûr, ceci n'est pas une liste exhaustive des infinies possibilités qu'offre l'autel, mais quand on commence par exemple, ça permettra peut-être à certains d'avoir quelques idées, ou même quand tout simplement on a envie de changement ! Et n'hésitez pas à me taguer sur Instagram  (parce qu'Instagram ce n'est pas qu'une plateforme qui rend les gens tristes et superficiels, c'est aussi un moyen incroyable de faire des découvertes et d'échanger!) si cet article vous a donné un coup de pouce :) Je serai ravie de voir vos photos !

Lisbeth 🌱


Avec Bibliomane,
la curiosité n'est pas un vilain défaut


Je suis heureuse de partager avec vous deux des atlas des Éditions Bibliomane

Derrière ce superbe projet se cachent Édouard Boshi qui a fondé les Éditions Bibliomane en 2011, un passionné des choses du livre et de l’écriture. Mais aussi un tandem créatif né de la rencontre d’une passionnée d’Histoire de l’Art, Laurence Jean, et d’un designer/photographe féru de typographie, Laurent Bardet. 

J'avoue avoir complètement craqué sur la collection Nature ! Je vous transmets ici les mots que j'ai trouvés sur leur site : 

" Éditions Bibliomane a pris un soin tout particulier à reproduire en fac simile, le plus fidèlement possible, la collection Bibliothèque de poche du naturaliste des éditions Librairie des Sciences Naturelles Paul Klincksieck et de son successeur Léon Lhomme. Ses auteurs savaient parfaitement, dès la fin du XIXe siècle, vulgariser leur science, en parler dans les termes les plus simples et avec un style aujourd'hui suranné et enchanteur. Les merveilleuses illustrations en chromolithographie, technique très particulière et aujourd'hui disparue, qui agrémentent richement ces ouvrages naturalistes, n'ont rien à envier à la photographie couleur contemporaine." 


J'ai énormément apprécié le format (11 x 15,5 cm) : un peu plus grand que ma main, il est vraiment pratique, pas trop épais. Parfait pour les excursions et les vadrouilles du dimanche, ou plus ! Bon l'Atlas de poche des plantes des champs, des prairies et des bois est en 4 volumes d'environ 300 pages chacun, donc bon, on ne pourra peut-être pas tout emmener d'un coup, mais ils sont vraiment complets et sont déjà des concentrés d'informations très judicieux. Vous pouvez d'ailleurs depuis le site voir des extraits des ouvrages qui vous intéressent. De quoi saliver un peu. 

Les illustrations sont vraiment de précieux alliés lorsqu'il s'agit d'identifier une plante. Vraiment ! Mes voisins doivent me voir comme une espèce de petit gobelin courbé, vu que je passe mon temps accroupie, en train de marmonner un atlas dans une main et ma bolline dans l'autre. Le plus normal la dedans c'est mon chien qui me regarde d'un air patient, quel brave petite chose celui là. Keur sur son petit nez mignon. 

Ce que je reproche souvent à ce genre d'ouvrages, c'est que soit je les trouve incomplets, soit bien trop encombrants et lourds. C'est vraiment la meilleure option que j'ai trouvé, et sans avoir l'impression de sacrifier un critère qui m'est important. En plus la couverture est épaisse et de bonne facture, jusqu'ici elle résiste très bien à toutes mes attaques. 

Juste pour informations, Bibliomane ne m'a rien demandé, ne m'a même pas sonnée ou autre, c'est juste par pur plaisir de partage que je fais cet article, ça serait du gâchis de garder une si belle découverte pour moi ! ;)



Lisbeth 🌱

Dans mon jardin il y a...


La main verte? Hahaha autant vous dire que c'était mal parti.

 
Daria Khoroshavina, grande prêtresse du cinémagraphe, je crie ton nom. 

Ma première mignonne ? Un cactus. Résultat ? Une mort lente et minable car trop d'eau. Mes parents, forts de mes performances et ayant une foi immense en moi m'ont offert un bonsaï ensuite. Bon autant vous dire que lui aussi, la mort l'a guetté très tôt. Moi qui suis très attachée au personnage de Poison Ivy, autant vous dire que de base je tiens plus de Poison que de Ivy... Le saviez-vous d'ailleurs qu'elle tient ce nom d'une plante? Le Sumac grimpant, Toxicodendron radicans -anciennement Rhus radicans-, aussi appelé herbe à puce, bois de chien, c'est une liane de la famille des Anacardiaceae, comme les anacardiers et les pistachiers. C'est une plante sauvage originaire d'Amérique du Nord, où elle est commune dans une grande partie des États-Unis et du Canada, d'Amérique du Sud et d'Asie tempérée. N'y toucher pas, petit conseil. Mais je m'égare.


Après un certain nombre de déceptions végétales, cette année c'est l'année de la réussite. Mon secret ? Leur foutre la paix ! Je me suis rendu compte que je passais trop de temps sur leur dos et qu'à la façon d'un ado en mal de liberté, elles se laissaient mourir, croulant sous un trop plein d'attention étouffante. Voici donc ce qui pousse actuellement sur mon balcon : 

- Une capucine d'un délicieux jaune orangé qui capture un peu de soleil dans ses jolis pétales.
- Une dizaine de pieds de poivrons. Pour l'histoire ce sont les graines d'un poivron acheté au marché bio et local l'été dernier, il était si bon que j'ai planté les graines (quasiment toute...) en me disant qu'il y en aurait peut-être une ou deux qui prendraient... Je me suis retrouvée avec une vingtaine de pieds. Dans le plus grand des calmes.
- Une sauge officinale toute froufroutante de plaisir malgré le temps humide de la région.
- Une jolie verveine citronnée un peu timide, mais ça vient peut-être aussi de son emplacement. Elle a peut etre un peu trop d'ombre, je ne sais pas. Elle se débrouille bien, mais ça reste timide.
Une petite oseille rouge qui est morte 2 fois mais qui est très patiente avec moi et tente un énième come back, en espérant cette fois m'en montrer digne :p
Une touffe de coriandre cette fois-ci Coriandre, je te promets d'être plus patiente et de ne pas te décimer alors que tu es encore toute petite. Je vais te laisser grandir en paix. Et te manger après.
Un basilic pourpre qui a faillit mourir de façon tragique, style Titanic. Je lui ai arrosé le museau et il avait un peu froid sur la terrasà l'intérieur devant la fenêtre (l'effet loupe n'a pas l'air de le déranger, au contraire) et il est donc arrosé avec précaution par le pied. Comme ça fait pour vivre dans la nature ce genre de plante ?
Des bébés salaaaaaades qui ont été planté n'importe comment par mes soins... Elles vont être bien trop nombreuses vu la taille du pot (mais j'avais peur de ne pas arriver à en faire pousser une alors j'ai mis plusieurs graines... Gaspillage...) Donc ça va être un peu folklo mais bon, on verra bien.

Et vous, qu'est ce qu'on trouve dans votre jardin/sur votre terrasse ? 

Lisbeth 🌱